22 avril – 1er mai 2012 – Turks & Caicos

restes de thon…

Deux jours de nav pour rejoindre ce petit archipel, notre dernière escale Caribéenne. On quitte Puerto Bahia en fin d’après midi, profitant de quelques heures de vent. Au bout de 30 minutes, vlan, la came de la bordure de GV casse ! On les a remplacées à St Martin, ça énerve un peu… Obligés de réduire la voilure avec un vent déjà pas très violent. On alterne entre voile et moteur (et même parfois les deux), nous adaptant à un vent bien mal établi qui nous contraint à tirer des bords, jouer des réglages, travailler notre patience, jusqu’au bout. Nous pêchons un très beau thon, mais qui a malheureusement déjà servi de repas à plus gros poisson que lui (et peut être aussi plus gros que nous !) : il en manque la moitié et les empreintes de quenottes laissées dans la chair sont assez éloquentes…

Big Sand Cay

24 avril – Arrivée à Big Sand Cay. Le mouillage est désert et nous nous sentons agréablement seuls au monde. Le ciel voilé rend l’atmosphère assez étrange et mystérieuse, mais tranquille et apaisante. Il n’y a pas âme qui vive sur l’île, seuls quelques vestiges d’un phare témoignent d’une présence passée. La houle du large n’est malheureusement pas arrêtée par ce petit ilot et nous devons nous résigner à partir trouver un meilleur abris avant le soir.

bretagne nord au mois de décembre

Nous mettons le cap sur Grand Turk, à un peu plus de 3 heures de là. Nous retrouvons Blue Note devant la plage de White Sand, au Sud, et y jetons l’ancre. Le mouillage est tout aussi désert, le ciel tout aussi couvert, et l’atmosphère tout aussi étrange… Une belle promenade à terre confirme nos premières sensations : ambiance post-apocalyptique. Il y a des années, au temps de la conquête spatiale, les américains ont construit sur l’île les installations de récupération des modules lunaires. Il ne subsiste plus que les baraquements abandonnés et quelques batiments déserts. On dirait qu’ils ont fui en laissant tout derrière eux. Le village, qui s’étend sur la côte ouest, n’en est pas moins très joli, alignant sur le rivage de très anciennes maisons de bois.

Long Cay, South Caicos

26 avril – Petite nav de quelques heures pour rejoindre South Caicos, un peu plus au nord. Nous installons notre camp de base à l’abri de l’îlot de Long Cay. L’endroit est magnifique, inhabité et sauvage. On tombe sous le charme. Nous jetons l’ancre par 3 mètres de fond, dans l’eau la plus claire que nous ayons jamais eue, au milieu de la Shark Alley (rien que pour faire peur aux gosses !). On voit à des dizaines de mètres. Raies et jolis poissons assurent le spectacle. Nous retrouvons à terre les mêmes impressions qu’aux Turks : un contraste étonnant entre les maisons abandonnées, en ruines, et celles

South Caicos

toutes pimpantes. Il y a du potentiel en restauration, si certains sont tentés (catalogue dans le diaporama) ! Bien que le temps soit toujours très nuageux et pluvieux, on a tellement envie de se laisser vivre ici qu’on décide de ne pas aller jusqu’à la marina de Providenciales, au Nord Ouest de l’archipel, faire les pleins de gasoil et d’eau avant la traversée vers les Bermudes : on fera des aller-retours en annexe, avec les bidons. Les enfants partent avec le Bubu pêcher des langoustes dans les reefs de corail (lire les détails de

départ à la pêche !

l’aventure sur http://www.lebubu.net !) pendant que Manu regrette cette décision de flemmard : il passe une journée dans l’annexe, entre le bateau et le village de l’île voisine, à se faire tremper par le méchant clapot et les grains, pour remplir ses bidons. L’horreur. Mais c’est aussi comme ça qu’on apprend : la technique n’est valable que lorsqu’on est à 3 minutes d’un ponton, qu’il fait beau et qu’il n’y a pas de vague ! On retourne aux langoustes de lendemain pour se remonter le moral.

30 avril – Avant de quitter les Caicos, nos routes se séparent avec Blue Note. Ils partent sur les Bahamas, puis les waterways de la côte Est des Etats-Unis, jusqu’à New-York. Un programme de rêve. Si ils nous avaient baratiné plus tôt pour les suivre, il y a fort à parier que nous aurions changé notre itinéraire ! Maintenant c’est raisonnablement un peu trop tard, mais les discussions vont bon train et les tirages de plan sur la comète itou ! On repart quand, déjà ???

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article a été publié dans Caraïbes... janvier à mai 11, Journal de Bord. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s