28 mai – 09 juin 2012 – Faial, Açores

Pour le quart d’heure encyclopédique sur les Açores, cliquez !

Whale watching

Nous avons pu admirer quantité de dauphins pendant la transat, mais pas un seul souffle de baleine à l’horizon… L’archipel des Açores, planté au milieu de l’atlantique, perturbe les courants sous-marins : en se heurtant au relief, le krill et les poissons remontent d’un cran, à la grande joie des cétacés qui prennent alors le temps de batifoler entre les îles dans leur migration vers le nord. Impossible de manquer un tel spectacle. Nous embarquons donc, par une belle matinée de juin, pour un joli tour en bateau entre les îles de Faial, Pico et Sao Jorge.

Mickael Jackson Dolphin

Après le briefing du biologiste marin (celui qui a mal travaillé à l’école et se tape le PowerPoint pour touristes au lieu des expéditions dans l’antarctique), nous partîmes à 10 mais par un prompt renfort nous nous vîmes une trentaine en quittant le port. Pas grave, les enfants nous font de la place au premier étage du bateau pour que nous ayons une vue imprenable sur la mer. Nous croisons la route de bancs de dauphins parfois étonnants, comme les « Mickael Jackson dolpins », qui naissent noirs et deviennent blancs en vieillissant, très timides, et qui approchent rarement de nos voiliers. Très vite on aperçoit les premiers cachalots. On va d’un groupe à l’autre (Laura a un radar implanté dans la tête), les regardant respirer à la surface quelques minutes, presque immobiles, avant qu’ils ne reprennent un peu de vitesse pour le grand plongeon : 45 minutes environ, à 3000 mètres de profondeur (enfin, pas là, il n’y a pas 3000 mètres de fond). C’est à ce moment là qu’ils descendent à la verticale et qu’on peut voir leur nageoire caudale (c’est le sondage) : les photographes sont sur le pied de guerre en « mode rafale » (au secours, y a du tri à faire !). C’est tout simplement grandiose.

Tour de l’île en scooter

côte sud de Faial

Tant que Cyril est avec nous, nous pouvons envisager la folle aventure en scooter en prenant chacun un enfant en tandem (au grand dame de Théophile, encore trop petit partir tout seul…). C’est évidemment la bataille pour savoir qui monte avec qui (le vrai problème est qu’aucun de mes enfants n’a confiance en moi côté conduite de 2 roues…). On met fin aux tergiversations en décidant de « répartir les poids », selon la formule consacrée et serinée par Juju à chaque tentative de ses frères d’opérer un changement (parce que ça l’arrange de rester avec Cyril !) : Théophile écope de sa mère, il est trop content… Il fait frisquet et humide mais c’est quand même plus rigolo que d’être au chaud dans une voiture ! Les rivages de l’île sont magnifiques, alternant falaises abruptes et plages de sable noir. Dans les terres, les champs et les pâturages se succèdent en un damier bocageux : on oscille entre la Bretagne et la Normandie. Petite pensée pour Jacques : d’interminables haies d’hortensia s’étirent le long des routes et des chemins. Mais il est malheureusement encore un peu tôt dans la saison pour les admirer tous en fleur.

Ponta dos Capelinhos

Nous faisons une première halte au Monte da Guia, qui surplombe Horta et Porto Pim, puis au Morro do Castelo, impressionnant mirador de roches. Nous nous rendons ensuite à l’extrême ouest de l’île, au phare de Ponta dos Capelinhos. En 1957, l’irruption d’un volcan à quelques centaines de mètres de l’îlet Capelinho a recouvert les champs d’une épaisse couche de cendres, enseveli un village et enterré une grande partie du phare. L’îlet s’est ainsi retrouvé rattaché à Faial par un isthme. Le paysage lunaire qui surplombe la mer nous fait un peu penser à Timanfaya, sur l’île de Lanzarote, aux Canaries. Grandiose.

Nous poursuivons notre tour de l’île par la côte nord, l’émaillant de quelques détours au gré de nos envies, notamment par la plage de Ribeira das Cabras et ses énormes vagues que les garçons veulent absolument revenir surfer… Journée aérée et rafraichissante !

Peter Café Sport

Peter est un peu le centre du monde de l’Atlantique Nord pour les équipages de tout poil en escale aux Açores. Tous les spécimens de navigateurs se rencontrent autour du bar où tant d’autres avant eux se sont accoudés (et souvent écroulés… ) : les vieux loups de mer à la mine chiffon, les pro top nickels habillés aux couleurs de leur (beau) bateau ou de leur sponsor, les copains en goguette, les solitaires, les amoureux, les rêveurs, les discrets, les désabusés, les bruyants, les condescendants, les sympas, ceux qui arrivent juste, yeux fatigués mais pétillants de l’aventure qu’ils viennent de vivre, ceux déjà requinqués par quelques bières et steaks énormes (650 gr de Peter Steak à la crème de moutarde… miam miam miam), ceux flanqués de leur joyeuse marmaille (qui est aussi en manque de steak au poivre), même à des heures qui pourraient nous valoir un contrôle de la DASS… Le mythe et le folklore sont méticuleusement (et très « marketing-ement ») préservés et entretenus par José (alias Peter fils) et son staff. On est chouchouté. José parle français et aime les enfants, captivés par ses explications sur la chasse à la baleine et l’art du scrimshaw, ces dessins et sculptures gravés dans les dents et les os de cachalot (un musée y est dédié dans le café).  Heureusement que le réseau wifi y est nul, sinon nous y passerions notre vie (ça doit d’ailleurs être fait exprès) !

Il y a aussi des concerts live certains soir, et c’est vraiment chouette. On aurait préféré y écouter les Garage Band ou autres Magic Beavers, mais on fait avec ce qu’on a… Peter fait aussi bureau de poste, mais on n’a plus de cned à poster !! Cyril part avec les dernières enveloppes d’évaluations pour être certain qu’elles arrivent avant fin juin. C’est presque les vacances !

Café El Internacional

Le réseau wifi y est excellent ! Derrière la façade vert amande de ce vieil immeuble, on retrouve le charme désuet et un peu suranné des anciens cafés. On y déjeune pour 3 fois rien,  avec des serveurs adorables, mais on y dîne bizarre côté steaks (impossible de concurrencer Peter dixit Cyril, sauf peut-être le « steak on stone » ?). C’est notre QG des fins d’après-midi.

Plongée

briefing sécu…

Cyril, JC et Manu, en mal d’expérience et poussés par une propensions étrange au masochisme aquatique, décident d’une plongée dans les eaux froides du littoral. Les fonds ne sont pas terribles mais les poissons y sont apparemment très nombreux. C’est en tout cas ce qu’ils arrivent à nous raconter après leur expédition, entre 2 frissons, 2 bières pour se réchauffer… et 2 rigolades à l’évocation de l’étonnante organisation du club local. Le briefing sécu semble leur avoir laissé un souvenir impérissable…

Caldeira

Expédition en famille avec Bubu et Modus pour aller admirer un des plus beaux paysages de l’île : un cratère de 2 km de large et 400 mètres de profondeur, classé réserve naturelle. Mais pour nous la Caldeira se limite à un nuage bien accroché aux sommets et une visibilité qui ne dépasse pas les 100 mètres au plus fort de l’éclaircie… De toute façon les enfants se moquent totalement du brouillard et de la caldeira : eux tout ce qu’ils veulent c’est faire du bodyboard… Qu’à cela ne tienne.

Morey

vol plané

Nous retournons avec armes et bagages sur la plage de Ribeira das Cabras. Nous y trouvons du soleil et des vagues, de quoi occuper toute notre petite troupe ! La mer n’est pas très chaude mais les enfants ne semblent pas s’en offusquer. Ils s’amusent comme des petits fous, ramant, surfant, riant, et terminant leur folle course dans l’écume bouillonnante du ressac.  On va retrouver du sable noir sur le bateau pendant 3 semaines au moins…

Good wind painting

On voulait un truc simple et facile à réaliser, Théophile l’a fait : un dessin hyper compliqué du bateau, et l’itinéraire… Tout ça à reproduire sur du béton même pas lissé, c’est optimiste…

Les enfants participent très activement au choix de l’emplacement, à la délimitation du cadre, et même à la peinture du fond (2 fois, parce qu’un vélo a roulé dessus quand c’était pas sec !). Quand on passe au pinceau taille n°3, ils commencent à trouver tout ce tintouin un peu minutieux et longuet (faut dire qu’il pleut assez souvent…). Ils préfèrent nous assurer d’un soutien moral indéfectible plutôt que de soutenir le pinceau. Il y a finalement plus rigolo à faire sur le quai : courir, se poursuivre en trottinette, tomber ses baskets dans le port, se chamailler, mettre le bazar sur les bateaux… Je me sens un peu seule à genoux devant ce petit carré, surtout quand on connaît mon habileté un pinceau dans la main… Pourtant quelque chose de ressemblant au croquis finit par émerger. Quelques minutes avant notre départ, nous immortalisons sur la pellicule notre passage aux Açores, avant que le temps n’efface notre trace et que d’autres dessins viennent recouvrir le voyage de Zanzibar.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article a été publié dans Atlantique Nord... mai-juin 11, Journal de Bord. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour 28 mai – 09 juin 2012 – Faial, Açores

  1. Evelyne Guyot dit :

    Si près , si différent , si sauvage et tellement beau…Porto Pim fait rêver…on va inscrire les Açores en tête de liste des voyages potentiels ! J’ ai comme l’ impression qu il y a une écharpe très colorée qui va devenir colector n’est ce pas Isabelle! Et dans 20-30 ans vos enfants iront en pélerinage , montrer à leurs propres enfants la peinture d’un certain voyage…LOL maman pliée en deux, la tête en bas, les ciseaux ds la poche arrière (et ki c qui va oublier qu’ elle a des ciseaux derrière et s asseoir avec élan après cette séance à l’envers…et …sentir d’un coup le rappel à l’ordre du matos stocké??? non ça ne t est pas arrivé? alors là total respect Isa!!! Je t’admirais déjà mais je t avoue que tu passes hors classe!!!) MDR aussi le dauphin Michael Jackson!!! c’est le dauphin de Risso (Grampus griseus) il n a pas de rostre, mais un melon (un peu comme les globicéphales qui st tt noir). Il a moins de 10 dents!! On en a aussi en Méditerranée mais pas dans l’étang (quoique!!) (celui que vous avez légendé Michael est un Tursiops truncatus alias grand dauphin me semble-t-il). Le Risso c’est celui qui est tout strié sur vos photos. En tous cas un grand merci c’est que du bonheur vos récits, et les boubouilles de tous pr démarrer la journée it’s really perfect! ; )

    • même pas piqué les fesses ! et même pas fait un trou dans la poche (c’est là que c’est très fort…). Je ne sais pas si dans 20 ou 30 ans on verra encore notre dessin, mais on est qd mm partant pour le pèlerinage (avant 20 ans d’ailleurs j’espère !). C’est chouette de se dire que l’histoire des uns recouvre l’histoire des autres, et que tout se fond dans une mémoire commune.
      a bientôt à Bouzigues !

  2. Monique pelletier dit :

    Ouaouh ! les photo de bodyboard !!!! ils ont dû se régaler comme des petits fous…………
    Et le dessin sur le quai, super ! est-ce que vous peignez par dessus une oeuvre précédente?
    Et comme toujours, merci pour ta superbe narration Isa. C’est un tel plaisir de te lire qu’on est toujours impatient de découvrir le suivant……

    • on a choisi un petite coin de quai où la peinture précédente était devenue complètement illisible. Tout le monde fait attention à ne pas masquer ou abîmer un dessin qui n’est pas effacé. Cette « galerie » à ciel ouvert est vraiment touchante.

  3. Jacques Roman dit :

    boire son premier Nescaff’ du matin en regardant ces photos, c’est vraiment trop…beau..

    Hepp, merci pour les fleurs, c’est trop gentil…

    BZX de BZS

    Jacques

  4. Mamie Nicole et Kiki dit :

    Quel régal, bien installée dans mon lit avec mon copain iPad, j’ai déroulé les pages de votre dernier post. Que de jolies photos et minois ! On se régale de votre plaisir tellement évident… De vos bouilles réjouies… Bien enveloppées !!!! J’ai reconnu nos fleurs bretonnes, agapanthes et hortensias… Et, presque, ressenti ce petit air, breton lui aussi…
    Ce soir vous êtes à St. Miguel, on attend avec impatience d’autres histoires.
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s