20 – 21 août 2011

Réveil et départ en fanfare. Les garçons partent en éclaireurs avec Manu « bis ». Nous suivons de peu avec Agnès : ma tata nous a préparé l’avitaillement pour le week-end, nous n’avons plus qu’à travailler et rentrer nous régaler.  C’est tellement chouette d’être déchargé de ces « détails » logistiques ! Mamie Monique arrive aussi dans l’après midi et récupèrera tous les enfants pour nous laisser le champ vraiment libre. Nous sommes tout de même contents de récupérer les 2/3 manquants de nos petits, restés en vacances auprès des cousins depuis 10 jours.

Le grand défi du week-end est de venir à bout du travail sur les coques. En parallèle, quelques autres missions de taille occuperont tous les bras vaillants.

Guillaume, qui d’habitude travaille 24h/24h et 7 j/7 sur son chantier, n’est pas là pour 2 jours… Nous sommes seuls face à Zanzibar et devons faire preuve d’une anticipation maximale pour ne rien oublier, avoir tous les matériaux nécessaires et les infos ad hoc (mélanges des bi-composants, application des produits…). Nous brainstormons depuis lundi dernier et je suis passée hier soir récupérer époxy, durcisseur, diluant, polisseuses, polish,  clés, tubes, coudes,  jauges, visserie inox… (je n’ai oublié que les scies cloches !). Guillaume m’a transmis toutes ses recommandations, j’ai la pression ! Impossible d’imaginer être arrêtés par un petit oubli.

Le travail d’équipe est efficace et plutôt joyeux. Les derniers petits passages de ponçeuse font rapidement place au balai des polisseurs. Le bateau brille comme jamais et on est même légèrement en avance sur le planning. On décide donc de passer une première couche diluée de black époxy pour renforcer l’étanchéité du gelcoat. Pendant qu’Arnault masque la ligne de flottaison, j’expose avec conviction mes théories très théoriques sur les mélanges base+ducisseur+diluant, stressée comme si on préparait de la nitroglycérine. Manu « bis » me regarde un peu éberlué, il ne devait pas imaginer qu’on puisse autant réfléchir avant de touiller de la peinture, toute époxy soit-elle. Mais nous nous en sortons comme des chefs (et surtout personne n’ose me contrarier).

Soudain Zanzibar se met à ressembler à un bateau. Nous sommes heureux, et fiers aussi je crois, d’en être au moins arrivé là ! Du coup on peint même l’étrave qui va être tronçonnée dans peu de temps, juste pour faire plus joli et oublier quelques heures que tout n’est pas encore terminé.

Côté intérieur il semblerait que les choses progressent aussi dans la cabine arrière babord. En tout cas il y a du bruit… et des aller-venues, et des mesures, et des discussions d’experts, et du bidouillage de cales et de tuyaux… Mais pas de photos. Alors pas d’article. Na !

Nous terminons le week-end en fêtant les 14 ans de notre équipier n°1 (déjà 14 ? z’êtes sûrs qu’il n’y a pas une erreur ? Il est encore tout petit…). Nuit camping dans la grange avec Tom et Charlie. La grande fiesta est prévue pour samedi prochain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
Cet article a été publié dans 2011, Printemps-été 11, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 20 – 21 août 2011

  1. Arnault dit :

    Euh, juste une précision pour ceux qui n’était pas là.
    Quand elle parle de scie cloche, elle veut pas dire qu’elle a oublié les scies et quelle est cloche de l’avoir fait, mais bien qu’elle a oublié les scies-cloches, et il faut pas oublié le tiré du 6…..
    Vivement la suite!!!!
    Bisous à vous tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s