Iles Vierges Britanniques

Cet archipel marque la limite Nord Ouest des Petites Antilles mais est beaucoup plus proche culturellement de Puerto Rico et des Etats-Unis. A l’origine peuplées par quelques tribus d’Amérindiens, ces îles furent « découvertes » et baptisées par Christophe Colomb. Elles furent pourtant délaissées par les Espagnols, qui leur préféraient les territoires riches du continent Sud-Américain. Mais sur la route du retour vers l’Espagne, les gallions chargés de richesses devaient frôler ces Iles Vierges pour trouver les vents portants : elles devinrent ainsi un véritable repaire de pirates, pour la plupart anglais, hollandais et français. L’histoire des îles est empreinte des hauts faits et des légendes de flibustiers devenus tristement célèbres.

Quelques unes de nos escales :

Les Baths, sur l’île de Virgin Gorda.

BVI, Les Baths, tête de mort ?

Les Baths sont un labyrinthe de baignoires naturelles en partie envahies par la mer, formées dans un amoncellement de blocs de granit d’origine volcanique, disséminés le long de la plage. Le spectacle est tout à fait étonnant : des petites piscines aux eaux cristallines se cachent entre les rochers ou dans les grottes creusées par le vent, les marées ou les tempêtes. Les dinghy n’étant pas autorisés à accoster, on nage jusqu’à la plage puis on chemine lentement dans le dédale de roche jusqu’à Devil’s Bay. Jolie promenade aquatico-pédestre. Les enfants se régalent de ces rochers à escalader, des grandes flaques d’eau claire où se trempouiller, des nombreuses cachettes où jouer aux pirates.

La mamie de Juliette s’est cassé le bras sur le bateau et ça a été une drôle d’aventure ! Il a fallu appeler des secours en mer, qui sont venus la chercher directement sur le bateau pour l’emmener à l’hôpital de Tortola, l’île principale, à bord d’un grand zodiac. Elle a été opérée et on a pu reprendre la mer 2 jours plus tard.

Pomato Point, sur l’île d’Anegada.

BVI, Anegada

Nous arrivons au paradis, ou en tout cas à l’idée qu’on peut s’en faire.  Une île qui semble juste affleurer les eaux turquoises, une immense plage déserte, une végétation sauvage où broutent quelques ânes en liberté… et le silence, énorme. Le temps n’est pas suspendu, il est définitivement arrêté.

C’est le désert aussi sous l’eau : 3 pauvres poissons se battent en duel, mais on s’en moque, c’est tellement beau dehors. On se baigne, on se promène sur la plage, on traine les enfants dans l’eau avec l’annexe, on bouquine, on ne fait rien (pas de wifi, pas d’ordi !), et c’est chouette.

The Caves, sur l’île de Norman Island.

BVI, Norman Island

1er avril : poissons d’avril partout sur le bateau et dernière escale aux British Virgin Island. Et quelle escale ! A Treasure Point, en découvrant les Caves (trois grottes envahies par la mer), on veut croire encore aux légendes, aux pirates et aux trésors cachés qui ont fait l’histoire de cette île. Elle inspira Robert Stevenson pour son livre «L’ Ile au trésor », à l’ambiance plutôt effrayante. Mais dans le soleil éclatant qui frappe les roches rouges du rivage, l’atmosphère est quand même bien moins inquiétante ! On peut cependant facilement imaginer pire… L’endroit est magique. On prend une bouée à quelques mètres à peine de l’entrée des grottes, le temps d’aller explorer les tombants foisonnant de poissons d’un coup de snorkling. Puis nous déménageons à Prevateer Bay, juste au Sud, pour y passer la nuit (et même deux nuits finalement, tellement c’est chouette et tranquille).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s